SECO qualifié RGE biomasse et géothermie

  • par

Bonne nouvelle pour SECO : nous avons obtenu les qualifications professionnelles pour les études d’ingénierie en bois-énergie et en géothermie !

Ces qualifications sont des prérequis indispensables pour vous aider à obtenir des subventions pour les études et les travaux liés à vos projets en énergies renouvelables.

Et nous voilà déjà impliqués dans plusieurs projets, avec pour commencer des études de faisabilité pour des chaufferies bois.

Prenons l’exemple des établissements scolaires agricoles « Bonne Terre » à Pézenas. Nous réalisons les études thermiques (RT 2012, dimensionnement des équipements de chauffage et ventilation) pour la construction du nouveau collège (~1600 m²), qui sera localisé juste à côté du lycée existant. Nous avons ainsi identifié plusieurs solutions pour le chauffage du collège, dont le bois. Mais où positionner cette chaufferie ?

Vue aérienne du projet :

Collège au Nord

Lycée existant sous le trait rouge

Le lycée (~2800 m²) a été construit pour sa part dans les années 1950 (sans isolation qui n’était pas un sujet à cette époque) et est chauffé par du fioul … Et ce sont chaque année plus de 20 000 litres de fioul qui servent à le chauffer. Or, la chaufferie du lycée est proche du futur collège. Alors pourquoi ne pas en profiter pour remplacer les vieilles chaudières fioul par des chaudières à granulés neuves qui serviront à chauffer et le lycée et le collège ?

C’est l’objet d’une étude que nous venons de rendre, et qui montre tout l’intérêt de ce projet de chaufferie centrale. Intérêt à la fois économique (le prix des granulés est compétitif par rapport au fioul) mais surtout écologique. En effet, en réalisant ce projet, c’est l’émission de 68 tonnes de CO2 par an dans l’atmosphère qui seraient évitées.

Mais au fait … Ça représente quoi 68 tonnes de CO2 ? Pour visualiser ceci en chiffre, vous pouvez jouer avec le simulateur de l’ADEME en fin d’article. Vous verrez ce n’est pas rien, et c’est surtout indispensable pour ne plus émettre de CO2 d’ici 2050… A titre d’information, un français émet en moyenne 12 tonnes par an. Et il va falloir réduire ce chiffre rapidement sous le seuil de 2 tonnes/an pour limiter le réchauffement climatique à un niveau « acceptable »…

D’ailleurs, la meilleure solution pour capter du CO2 existe déjà depuis des millénaires : c’est la forêt ! Quoi de plus naturel que d’utiliser du bois pour se chauffer plutôt que du pétrole ? La ressource existe, pourquoi s’en priver ? Rassurez vous, l’utilisation de bois énergie ne signifie pas couper tous les arbres du pays. Comme l’explique bien le Syndicat des Energies Renouvelables, le couvert forestier augmente tous les ans et le bois énergie est en fait un sous-produit issu de la production de bois d’œuvre ou provient des éclaircies.

Vous l’aurez compris, nous croyons à l’intérêt du bois et de la forêt pour résoudre la crise climatique actuelle. Et vous ?

Sources et articles à lire pour approfondir le sujet :

https://franceboisforet.fr/2021/05/18/fascicule-a-telecharger-questions-reponses-bois-energie/

https://www.boisenergie-occitanie.org/

https://www.prefectures-regions.gouv.fr/occitanie/content/download/80019/517209/file/schema_regional_biomasse_occitanie_vdef.pdf

Et enfin le simulateur CO2 de l’ADEME :